Tag Archives: Festival de Cannes

Coupez !

En plus de transcender sa nature de vrai-faux remake, le nouveau détournement/hommage/pastiche de Michel Hazanavicius s’impose carrément comme le film-somme de son créateur. La surprise est totale.

Le Pornographe

Ce pornographe-là n’a pas grand-chose à voir avec celui de Shohei Imamura et encore moins avec un objet de scandale explicite. Pour son deuxième film, Bertrand Bonello visait plus haut et plus large.

Liberté

Fidèle à sa conception d’un cinéma ultra-radical qui sollicite à tout moment l’implication et le regard de son spectateur, Albert Serra donne ici chair à une nuit sadienne qui hypnotise autant qu’elle dérange.

Sans filtre

De la satire sociale décoiffante par un Ruben Östlund jamais manchot pour user de l’humour trash et du symbole bazooka, accouchant ainsi d’une seconde Palme d’Or complètement tarée. Jusqu’où ira-t-il ?

The Square

Première Palme d’Or, aussi audacieuse que salutaire, pour un Ruben Östlund génialement lucide et clairement humaniste qui aime à gratter sous le vernis hypocrite d’une civilisation animale. Entrez dans le carré.