Tag Archives: 2001

Béla Tarr, La Rétro

Il l’a dit lui-même : il met un point final à sa carrière avec Le Cheval de Turin, film âprement, terriblement beau qui sort sur une quinzaine d’écrans français cette semaine, en même temps que plusieurs publications sur le cinéaste hongrois et tandis qu’une intégrale lui rendra hommage au Centre Pompidou. Célébration tardive, mais éminemment nécessaire.

Kuzco l’empereur mégalo

A partir d’un projet relativement maudit qui connu de nombreux changements, Mark Dindal signe le plus frappadingue des films d’animation sortis de chez l’oncle Walt : un cartoon hallucinant de folie, d’humour décalé et d’audaces narratives qui, aidé par une mise en scène brillante et une partition comique assez insensée, réussit à tutoyer aussi bien Tex Avery que Blake Edwards. Rien que ça !

Jurassic Park – La Trilogie

Le fait que l‘édition en blu-ray de la trilogie Jurassic Park soit conjointe avec la sortie en salles de Tintin ne ressemble pas au fruit du hasard. On peut y voir un volontaire effet d’écho entre une trilogie qui révolutionnera (ou en tout cas popularisera) les techniques de trucages numériques et un film s’annonçant comme l’apothéose du cinéma virtuel. L’occasion était donc trop belle pour ne pas revenir sur cette franchise où son auteur exprime tout son art de l’émerveillement.

La Planète Des Singes – L’Intégrale

À l’occasion de la sortie en salles de La Planète Des Singes : Les Origines, il convient d’effectuer un petit retour en arrière sur l’une des plus importantes franchises science-fictionnelles du septième art. Le roman de Pierre Boulle donnera ainsi lieu à un classique inoxydable, des suites plus ou moins honorables et un remake carrément honteux. Un programme riche qui méritait bien d’être décrypté en conséquence.

Michael Bay – An Awesome Rétro (1/2)

Certains aiment filmer des drames dans des appartements parisiens. D’autres aiment faire exploser tout et n’importe quoi. Michael Bay lui fait tout sauter si possible par des déploiements esthétiques saturant la moindre fibre de la rétine. Une démarche immature et régressive très probablement mais dotée d’un sens graphique à nul autre pareil.