Bilan 2011 / Attentes 2012

Ils n’ont aucune autre utilité que d’apprendre à mieux connaître leurs auteurs, ce qui au final s’avère un minimum utile pour un site n’ayant, comme le nôtre, que neuf mois d’existence. Voici donc tops et autres flops retraçant l’année de chacun d’entre nous, avec en bonus les films les plus attendus de celle à venir.

GUILLAUME GAS

LE MEILLEUR DE 2011

1/ The Tree of Life, de Terrence Malick : Parce que ce film contient tout ce qui rend le cinéma plus beau que la vie.
2/ Melancholia, de Lars Von Trier : Parce que la fin du monde n’a jamais été aussi belle sur un écran de cinéma.
3/ Drive, de Nicolas Winding Refn : Parce que c’est la redéfinition parfaite d’un genre ultra-codé par un cinéaste définitivement majeur.
4/ Balada Triste, d’Alex de la Iglesia : Parce qu’il s’agit d’une œuvre malade et hallucinante qui fait passer son spectateur par tous les états possibles.
5/ The Artist, de Michel Hazanavicius : Parce que le muet permet à la mise en scène de reprendre l’avantage sur tout le reste.
6/ Shame, de Steve McQueen : Parce qu’il y a trop peu de films qui savent aussi bien capter ce qu’est devenu le monde contemporain.
7/ La piel que habito, de Pedro Almodovar : Parce que Pedro signe ici son meilleur film, doublé d’une œuvre-somme qui concentre toute sa filmographie.
8/ Carnage, de Roman Polanski : Parce que quand Polanski joue les sales gosses cyniques, c’est toujours là qu’il est le plus fort.
9/ J’ai rencontré le diable, de Kim Jee-woon : Parce qu’en matière de vengeance et d’ultra-violence, le cinéma sud-coréen n’en finit plus de casser des briques.
10/ Les nuits rouges du Bourreau de Jade, de Julien Carbon & Laurent Courtiaud : Parce qu’on tient là une proposition de cinéma unique en son genre, qui sait combiner le sadisme et la jouissance dans un même plan.

LE PIRE DE 2011

1/ Les Tuche, d’Olivier Baroux : Parce que réussir à me donner envie de retapisser la salle de cinéma avec ma gerbe, ça ne m’était encore jamais arrivé.
2/ La Croisière, de Pascale Pouzadoux : Parce que placer un hospice de vieux sur un paquebot de luxe, c’était vraiment une idée de comédie à la con.
3/ Giallo, de Dario Argento : Parce qu’Argento était déjà au fond du trou depuis trois films, et que maintenant, il continue de creuser…
4/ Justin Bieber : Never Say Never, de Jon Chu : Parce que si le film est un tout petit pas pour le cinéma, c’est surtout un pas de géant pour l’infanticide !
5/ Propriété interdite, d’Hélène Angel : Parce que ça veut être aussi fort que du Polanski, alors que c’est mal fichu et aussi creux qu’un puits sans fond.
6/ Un baiser papillon, de Karine Silla-Perez : Parce que Danièle Thompson n’aurait même pas osé aller aussi loin dans le film choral pour bobos, consensuel et pleurnichard.
7/ La locataire, d’Antti Jokinen : Parce que je me suis emmerdé, et parce qu’en remplaçant « La » par « Le », on obtient un chef-d’œuvre.
8/ Sucker Punch, de Zack Snyder : Parce qu’il n’y a plus rien à attendre du prochain Zack Snyder, si ce n’est un Superman qui vole au ralenti dans un style visuel des plus agressifs.
9/ L’assaut, de Julien Leclercq : Parce que je suis sorti de la salle avec une migraine que même Michael Bay n’aurait pas su me refiler.
10/ Apollo 18, de Gonzalo Lopez-Gallego : Parce que je ne pige toujours pas pourquoi les pierres lunaires sont vivantes (ah, pour info, c’était un spoiler !)

ATTENTES POUR 2012

1/ Millénium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, de David Fincher : Parce que Fincher est un génie, parce que l’œuvre de Stieg Larsson est une gifle littéraire sans équivalent, et que les trailers sont absolument démentiels.
2/ Only god forgives, de Nicolas Winding Refn : Parce qu’un cinéaste qui fait un sans-faute absolu depuis le début de sa carrière, ça ne court pas les rues, et parce qu’il n’en finit plus de transcender les genres qu’il investit.
3/ Cosmopolis, de David Cronenberg : Parce que voir une tête d’abruti vampirique qui s’expatrie dans l’univers du cinépsy de Toronto, ça pourrait donner quelque chose de très surprenant.
4/ Haywire, de Steven Soderbergh : Parce que Soderbergh touche encore à un autre genre (l’action pure) et parce que ce thriller à la Nikita risque une fois de plus de dérouter ceux qui s’attendent à un thriller à la Nikita.
5/ The Dark Knight Rises, de Christopher Nolan : Parce que ce sera le dernier épisode, parce que ce sera encore plus sombre, parce que Catwoman, parce que Tom Hardy, et surtout, parce que Christopher Nolan.
6/ Rec 3, de Paco Plaza : Parce que même après deux films quasi parfaits dans leur style et leurs ambitions, rien à faire, j’en veux encore…
7/ La chispa de la vida, d’Alex de la Iglesia : Parce qu’Alex de la Iglesia est un cinglé total, un cinéaste génial et un fabricant de culte indétrônable.
8/ L’amour dure trois ans, de Frédéric Beigbeder : Parce qu’en attendant la suite de 99 F, Beigbeder passe derrière la caméra avec le cynisme et l’humour qu’on lui connait.
9/ Le territoire des loups, de Joe Carnahan : Parce que Joe Carnahan a intérêt à se rattraper après son adaptation crétine de L’Agence tous risques.
10/ Ghost Rider 2, de Mark Neveldine & Brian Taylor : Parce qu’avec les deux tarés d’Hyper tension derrière la caméra, ça va être autre chose que la bouse de Mark Steven Johnson.

GUSTAVE SHAÏMI

LE MEILLEUR DE 2011

1/ Le Gamin au Vélo de Jean-Pierre et Luc Dardenne : Le grand film de l’année à mes yeux peut être un choix étonnant. Il est loin d’être aussi virtuose ou percutant que bien des films de 2011. Pourtant, la subtilité de sa peinture des émotions, la luminosité et la clarté de sa mise en scène, l’humanisme des Dardenne lui donnent une splendeur tranquille qui en fait une œuvre souveraine.
2/ Shame de Steve McQueen : Un grand film, le meilleur acteur de l’année (Dujardin, bouge de là !), le meilleur second rôle féminin (Carey Mulligan peut aussi prétendre à ce titre pour Drive), et un trouble : comment un cinéaste, en seulement deux films (après Hunger en 2008), peut-il être déjà aussi grand ?
3/ The Tree of Life de Terrence Malick : Trois visionnages en salles m’ont persuadé sans problème de la grandeur du film. Son propos de fond reste critiquable – sa clarté aussi. Mais son incroyable beauté, formelle autant qu’humaine, et sa dimension de « film-monde » laissent supposer qu’on en parlera encore beaucoup dans dix ans.
4/ La Piel que habito de Pedro Almodóvar : Une énième confirmation que je suis fan d’Almodóvar (ça commencerait presque à être lassant !)
5/ Pater d’Alain Cavalier : Que le film le plus étrange, le plus follement inventif et ludique de l’année soit réalisé par un cinéaste l’année de ses 80 ans, j’adore !
6/ Melancholia de Lars Von Trier : Une Palme d’Or manquée ? On ne saura jamais. Une grande bouche pour un grand cinéaste en tout cas…
7/ Black Swan de Darren Aronofsky : Le sommet n’aura été atteint que très provisoirement pour Natalie Portman, dommage pour elle. Elle nous laisse quand même la plus belle prestation d’actrice de l’année, dans cette œuvre virtuose.
8/ True Grit de Joel et Ethan Coen : Dommage que cette œuvre n’ait pas été davantage reconnue cette année pour ce qu’elle est : un western dont on constate, arrivé à son terme, qu’il a complètement franchi la frontière de la grande fresque crépusculaire sur la fin d’un âge et d’une quête de la grâce.
9/ Une Séparation : D’année en année, on a toujours un peu plus le sentiment que les Iraniens sont tellement empêchés de s’exprimer (notamment artistiquement) que lorsqu’ils le font, c’est avec les tripes ! Ce film-ci accomplit le prodige de s’inscrire à la fois dans cette veine et de la dépasser pour toucher à une grandeur de l’écriture et de la réalisation. Longue vie au cinéma iranien !
10/ The Artist de Michel Hazanavicius (France) : LE délice de l’année, de bout en bout. On lui souhaite pleins de César et même d’Oscars !

LE PIRE DE 2011

1/ Toast de S.J. Clarkson (GB) : Je suis hors de moi quand je pense aux productions britanniques auxquelles ce téléfilm affligeant de la BBC a pris la place dans les salles françaises !
2/ Je n’ai rien oublié de Bruno Chiche (Allemagne/France) : Je fulmine de voir la remontée de Depardieu en 2010 si violemment interrompue par ce triste exemple d’un certain cinéma français paresseux…
3/ La Conquête de Xavier Durringer (France) : J’enrage que l’idée audacieuse de réaliser un film sur un président en exercice ait débouché sur un film en rien politique, juste futile et vulgaire. Pire : sur un portrait hypocrite, presque mélioratif, d’un insupportable people détaché du peuple.
4/ 127 Heures de Danny Boyle (USA) : Oui, ce même film figure dans les films préférés de Guillaume Gas. Courte Focale, un site qui ne ment pas sur sa ligne d’ouverture et de diversité !
5) Hanna de Joe Right (Allemagne/GB/USA) : Comme pour 127 Heures, une confirmation que je n’accroche pas à ces films tellement nerveux et débordants de tics qu’ils me semblent être trop dans la l’autosatisfaction puérile et pas assez dans le travail émotionnel.

ATTENTES POUR 2012

1/ Titanic 3D, de James Cameron : J’avais 6 ans, l’affiche me faisait baver quand je passait devant les cinémas. Le voir enfin sur grand écran, avec en plus une 3D à priori ultra-travaillée, c’est un rêve de cinéphile !
2/ The Dark Knight rises, de Christopher Nolan : sans commentaire.
3/ Untitled Terrence Malick Project, de Terrence Malick : Un Malick enfin productif = le rêve !
4/ Le Bleu est une Couleur chaude, d’Abdellatif Kechiche : Parce que Kechiche s’est pour moi imposé en seulement quatre films comme le meilleur réalisateur français en activité.
5/ Après Mai, d’Olivier Assayas : Parce qu’après avoir découvert l’intégralité de son oeuvre, Assayas est devenu l’un de mes cinéastes français préférés. Cette chronique d’un groupe de jeunes pris entre goût pour l’art et engagement dans les années 1970 promet un film à la fois ample et très personnel !
6/ Django unchained, de Quentin Tarantino : Parce que bien que je ne sois pas fan de Tarantino, là, quand il s’attaque au western spaghetti avec DiCaprio, Jamie Foxx, Christoph Waltz, Jeff Bridges et Joseph Gordon-Levitt, il faut quand même pas déconner !
7/ J. Edgar, de Clint Eastwood : Parce que même quand le sujet paraît casse-gueule, le traitement moralisateur, la réalisation pompeuse (c’est un peu le cas avec la bande-annonce), je fais confiance à la capacité d’Eastwood de me conquérir (il y arrive à peu près à chaque fois).
8/ Amour, de Michael Haneke : Parce que le sublime Ruban blanc a ré-attisé ma curiosité envers Haneke, et qu’il excelle dans le drame intimiste, en s’entourant toujours bien (La Pianiste, Caché) !
9/ Moonrise Kingdom, de Wes Anderson : Parce que Wes Anderson a toujours fait mieux depuis ses débuts, et qu’il met ici en scène, dans une chronique d’un voisinage américain, rien moins que Bruce Willis, Bill Murray, Frances McDormand, Tilda Swinton et Jason Sccwhartzman.
10/ Only God forgives, de Nicolas Winding Refn : Parce que le Danois retrouve Ryan Gosling et poursuit à priori dans l’appropriation du polar ou, ici, du film de boxe (l’histoire se déroule dans le milieu de la boxe thaïlandaise à Bangkok). Autrement dit dans la veine qui lui a réussi cette année avec Drive !

MATTHIEU RUARD

LE MEILLEUR DE 2011

1/ The Artist, de Michel Hazanavicius
2/ Happy Feet 2, de George Miller
3/ The tree Of Life, de Terrence Malick
4/ Les Aventures de Tintin : Le Secret De La Licorne, de Steven Spielberg
5/ Drive, de Nicolas Winding Refn
6/ Balada Triste De La Trompeta, de Alex De La Iglesia
7/ True Grit, de Joel et Ethan Coen
8/ Warrior, de Gavin O’Connor
9/ La Piel Que Habito, de Pedro Almodovar
10/ Melancholia, de Lars Von Trier

LE PIRE DE 2011

1/ Apollo 18, de Gonzalo Lopez-Gallego
2/ Shark 3D, de David R. Ellis
3/ Twilight – Chapitre 4 : Révélation 1ère Partie, de Bill Condon
4/ Conan Le Barbare, de Marcus Nispel
5/ Derrière Les Murs, de Pascal Sid et Julien Lacombe
6/ Fright Night, de Craig Gillespie
7/ The Lady, de Luc Besson
8/ Tekken, de Dwight H. Little
9/ Colombiana, de Olivier Megaton
10/ Identité secrète, de John Singleton

ATTENTES POUR 2012

1/ Bilbo Le Hobbit : Un Voyage Inattendu, de Peter Jackson : Parce qu’on a rarement l’occasion de retrouver des vieux amis avec la quasi-espérance de ne pas être déçu.
2/ Gravity, de Alfonso Cuaron : Parce que le minimalisme du pitch allié aux plans-séquences virtuoses de Cuaron promet une grande expérience.
3/ John Carter, de Andrew Stanton : Parce que le cinema va peut-être enfin ravoir un de ces fabuleux univers respirant le sens de l’aventure et dont la richesse est excitante à explorer.
4/ Cheval De Guerre, de Steven Spielberg : Parce que c’est Spielby et ça suffit comme raison.
5/ Prometheus, de Ridley Scott : Parce qu’au vu des premières images, Ridley Scott a bel et bien accompli une œuvre épique.
6/ Millenium : Les Hommes Qui N’Aimaient Pas Les Femmes, de David Fincher : Parce que Fincher a toutes les cartes en main pour me venger de l’ennui poli de The Social Network.
7/ Rebelle, de Mark Andrews et Brenda Chapman : Parce que Pixar versant dans la fantasy, c’est déjà énorme rien que de le dire.
8/ Django Unchained, de Quentin Tarantino : Parce qu’après avoir tourné autour du pot pendant toute sa carrière, Tarantino met en scène un pur western.
9/ Les Pirates ! Bons A Rien, Mauvais En Tout, de Peter Lord : Parce que Aardman + films de pirates, ça c’est de l’équation parfaite.
10/ Cloclo, de Florent Emilio Siri : Parce qu’un biopic avec d’excitantes promesses de mise en scène, c’est mine de rien pas courant (surtout en France).

GUILLAUME LASVIGNE

LE MEILLEUR DE 2011

1/ Happy Feet 2, de George Miller : Attention spoilers.
2/ Les aventures de Tintin : Le secret de la Licorne, de Steven Spielberg : Une pensée émue pour les spécialistes qualifiant le projet de confortable et pour qui le marketing massif est synonyme de carton planétaire : le film est un bide aux USA.
3/ Warrior, de Gavin O’Connor : J’ai pris mon pied, peu importe le reste.
4/ Hanna, de Joe Wright : L’un des cinéastes les plus mésestimés de ces dernières années réalise le film le plus mésestimé de l’année.
5/ Chico & Rita, de Fernando Trueba et Javier Mariscal : Et ça aurait été encore meilleur en 3D.
6/ Cars 2, de John Lasseter et Brad Lewis : Le plus mauvais Pixar.
7/ Mission : Impossible – Protocole Fantôme, de Brad Bird : Le plus mauvais Brad Bird.
8/ Triangle, de Christopher Smith : Au rythme où vont distributeurs et éditeurs, je mettrai le dernier Makoto Shinkaï dans mon top 2032.
9/ Submarine, de Richard Ayoade : Tout simplement le personnage principal le plus attachant de cette année ciné.
10/ Les chemins de la liberté, de Peter Weir : Non, le film n’est pas « profond thématiquement ». Il est juste visuellement superbe. Et alors ?

LE PIRE DE 2011

1/ Un baiser papillon, de Karine Silla : Regardez cet extrait et mettez-vous en tête que c’est ça pendant tout le film.
2/ Sex Friends, d’Ivan Reitman : J’espère que les parties de baise de Reitman sont moins chiantes et plus nombreuses que celles qu’il met en scène.
3/ Les schtroumpfs, de Raja Gosnell : – « Enlève ta main de sous mon kilt s’il te plaît. » – « Euh, c’est pas ma main. »
4/ Propriété interdite, de Hélène Angel : Une énigme.
5/ Apollo 18, de Gonzalo Lopez-Gallego : Des cailloux tueurs. Même quelques mois après, je ne comprends pas.
6/ Paranormal activity 3, de Henry Joost et Ariel Schulman : Le meilleur épisode de la saga.
7/ Very cold trip, de Dome Karukoski : Une comédie que je qualifierais volontiers de ringarde si j’avais réussi à déceler les endroits censés faire rire.
8/ Tekken, de Dwight H. Little : Et pourtant j’étais saoul.
9/ La locataire, d’Antti Jokinen : Là je n’étais pas saoul, mais j’aurais dû.
10/ Sucker punch, de Zack Snyder : Pendant que certaines se gargarisent du fait que les héros soient des héroïnes (#TrueStory) et que d’autres continuent de qualifier le vent de profondeur thématique, des milliers d’innocents découvrent ça. Pensez à eux.

ATTENTES POUR 2012

1/ Titanic 3D, de James Cameron : Le premier film que j’ai vu plus d’une fois au cinéma (en l’occurrence, 3). J’avais 11 ans et malgré le traumatisme, je ne savais alors pas à quel point les multiples visions futures du film allaient toujours plus l’élever au-dessus de n’importe quel autre. Revoir sur grand écran ce que je considère comme le plus grand film de tous les temps : j’en pleure déjà.
2/ Bilbo le hobbit : Un voyage inattendu, de Peter Jackson : Retourner en terre du milieu en 3D et en 48 fps. Entre 36000 autres éléments ne laissant pas le moindre doute sur la force de la claque à venir.
3/ The wolf children Ame and Yuki, de Mamoru Hosoda : Le prochain film de Mamoru Hosoda. Tout de suite, ça calme.
4/ Rebelle, de Mark Andrews et Brenda Chapman : Pixar + rousse = NEED.
5/ John Carter, de Andrew Staton : Andrew Stanton confie avoir appliqué les méthodes de travail de Pixar à son premier film en prises de vues réelles. Largement de quoi nourrir mes fantasmes.
6/ Gravity, d’Alfonso Cuaron : « What is incredible about what they did is, they talked to David Fincher, they talked to Jim Cameron, I connected Jim and Alfonso for that. And what Alfonso is trying, is so insane. And Jim said, well, look, you’re about five years into the future…it’s too early to try anything that crazy. And they did it !” – Guillermo Del Toro
7/ The impossible, de Juan-Antonio Bayona : J’évite de plus en plus de me renseigner sur les films à venir. Aussi, je ne connais pas grand-chose de ce projet, si ce n’est que son réalisateur fut celui du magnifique L’orphelinat il y a presque quatre ans. On appelle ça du ‘nuff said.
8/ Cloclo, de Florent Emilio Siri : Un teaser qui me colle des frissons, l’un des meilleurs réals français. Voilà.
9/ This is 40, de Judd Apatow : Knocked-up est l’une de mes comédies préférées. Alors forcément, depuis le temps que Judd Apatow annonce un spin-off sur son compte Twitter, l’attente est de plus en plus intense.
10/ American Reunion, de Jon Hurwitz et Hayden Schlossberg : Le vrai quatrième opus de la saga American Pie. Je crains évidemment de voir les personnages avec lesquels j’ai grandi devenir des vieux cons avant l’heure (comme le troisième opus le laissait déjà augurer), mais pour le coup, la nostalgie est plus forte.

(et une grosse pensée pour le Cloud Atlas des Wachowski dont on ne peut encore prévoir la date de sortie)

9 Comments

  • Thomas.C Says

    Franchement très sympa ce petit bilan qui permet de mieux cerner vos gouts cinématographiques.
    Concernant vos tops 10, j’ai 7 films en commun avec Guillaume.G, 5 avec Gustave et Mathieu et aucun avec Guillaume.L.
    Il faut dire que pas mal d’oeuvres, reviennent très souvent dans les tops 2011 des gens d’une manière globale.
    Sinon je vais faire comme vous mettre mon top 10, mon top flop et mon top attente.

    LE MEILLEUR DE 2011:

    1-Black Swan de Darren Aronofsky:
    (Revue récemment en blu-ray, et la claque fut encore aussi mémorable que lors de sa sortie en salle. Définitivement mon chef-d’oeuvre de l’année 2011,qui prouve que Aronofsky a tout d’un grand cinéaste).

    2-La Piel que Habito de Pedro Almodovar:
    (Je suis un immense fan d’Almodovar,et j’attend chacun de ces films avec une énorme impatience.Dans les mains d’un cinéaste quelconque ça aurait pu être grotesque,dans celle de l’Espagnol ça devient le thriller de l’année et son meilleur film).

    3-Balada Triste de Trompeta de Alex De La Iglesia:
    (Je me rappelle a la même époque l’année précédente, c’était le film dont le pitch et le titre m’intrigua le plus.Et au final j’ai du attendre sa sortie en blu-ray, pour enfin découvrir cette perle,qui s’avère être le sommet de la carrière De La Iglesia.Et l’oeuvre la plus subversif et poétique de toute l’année 2011).

    4-J’ai Rencontré le Diable de Kim Jee-woon:
    (Celui-là aussi j’ai du attendre sa sortie en blu-ray pour le découvrir,et vue la réputation qui le précède,j’avais d’énorme attente à son sujet.Et au final j’avoue, c’est mon grand plaisir coupable de l’année, moi qui croyez avoir atteint le sommet du film de vengeance avec la trilogie de Park Chan-Wook.Et bien je constate que Kim Jee-Woon fait partie de mes cinéstes fétiches Coréens, surtout que j’avais déjà adoré son précédent film Le Bon,la Brute et le Cinglé).

    5-Drive de Nicolas Winding Refn:
    (Je ne fais absolument pas partie des aficionados du réalisateur, ayant très peu apprécier Bronson, trouvant sa trilogie Pusher intéressante mais inégale et Valhalla Rising ultra mystique mais au final très prenant.Mais pour Drive ce fut surement ma plus grande révélation du festival de Cannes 2011, et il mérite entièrement son prix de la mise en scène, puisque à mes yeux, de ce point de vue là, y’a pas mieux en 2011).

    6-Melancholia de Lars Von Trier:
    (Idem que pour NWR je n’apprécie pas vraiment Lars Von Trier, c’est malheureusement le seul film que j’ai loupé en sélection officielle à Cannes.Mais fort heureusement je me suis rattrapé à sa sortie en salle,et quelle claque je me suis prit,je trouve qu’esthétiquement c’est l’oeuvre la plus époustouflante de l’année.Et de surcroit le plus beau prologue(avec celui de Drive)et la plus belle fin du monde).

    7-Shame de Steve McQueen:
    (Toujours pas vue Hunger, mais je vais m’empresser de laver cette affront au plus vite,surtout après avoir vu le second film de McQueen qui ma vraiment fortement touché. Plus qu’une histoire d’un mec dépendant au sexe qui aurait pu vite devenir un pur objet de voyeurisme. Fassbender auteur d’une interprétation magistrale,nous montre un homme qui n’arrive pas a laisser libre cours a ses sentiments,et dont le sexe n’est donc qu’un exutoire pour manifester son mal-être et sa solitude. Ma touche émotion dramatique de l’année)

    8-The Artist de Michel Hazanavicius:
    (Parce que Hazanavicius relève haut la main le pari audacieux d’une oeuvre,qui rend à la fois hommage au cinéma muet(Chaplin,Keaton,Loyd,etc…)et au vieux cinéma Hollywoodien d’antan,le tout filmé avec un magnifique noir et blanc.Rajouté a cela la prestation du duo formidable interpréter par Dujardin et Béjo, qui au détour de quelques scènes,arrive a nous démontrer qu’il n’y a pas besoin de grand artifice pour créer l’émotion au cinéma.Le summum du cinéma Français de 2011).

    9-Polisse de Maïwenn:
    (Alors oui Maïwenn à eu la chance d’être pistonné,ne connait pas grand chose en matière de grammaire cinématographique,et peu agacer a en faire bien souvent trop.Mais n’empêche c’est aussi ça qui fait du Bal des Actrices et surtout de Polisse,des oeuvres qui touche le spectateur en plein coeur.Car oui elle sait nous émouvoir comme rarement ce fut le cas en cette année 2011,de par la simplicité de ces images,et parce qu’elle arrive a tirée le meilleur de ces comédiens avec en tête un Joey Star qui nous fait passer du rire au larme en un instant.L’un des moments fort émotionnellement de l’année).

    10-X-Men le Commencement de Matthew Vaughn:
    (Quasiment l’intégralité des blockbusters Américains de 2011 m’ont fortement déçu.Mais heureusement ce X-Men déroge à la règle,et prouve avec La Planète des Singes, que l’on peut faire des préquels alliant intelligence scénaristique et divertissement à grand spectacle.Matthew Vaughn après ces excellents Stardust et Kick-Ass confirme tout le bien que je pense de lui.Un réalisateur qui a su s’entourer d’un casting judicieux,et dont les ficelles narratives se sont avérer judicieuse.Comme le contexte politique de la crise des missiles de Cuba,ou la forte relation d’amitié qui relie le Professeur X et Magnéto.Mon divertissement préféré de l’année).

  • Thomas.C Says

    LE PIRE DE 2011:

    1-Halal Police d’état de Rachid Dhibou:
    (Une purge pas drôle un seul instant,et pourtant j’ai rien contre Éric et Ramzy).

    2-Les Schtroumpfs de Raja Gosnell:
    (Malheureusement j’ai du voir ce film au cinéma pour des obligations de job(animateur en centre de loisir), et ce fut un calvaire du début à la fin.Je m’amusais 10 fois plus a regardé les réactions des gosses dans la salle, plutôt que de fixé l’écran).

    3-Le Dernier des Templiers de Dominic Sena:
    (Surement l’une des pires fins de l’année,rien que d’y repenser,j’en est la chiasse).

    4-Jonah Hex de Jimmy Hayward:
    (Van Hellsing+Wild Wild West=Jonah Hex, ou tout autre connerie du genre,en bref une soupe que même réchauffer au micro-onde,et bien j’en voudrais plus)

    5-Votre Majesté de David Gordon Green:
    (La plus grosse connerie et débilité de l’année 2011.Le seul instant qui ma réveiller de mon sommeil profond en salle,ce fut la scène ou l’on aperçoit Portman les fesses nues dans un lac.Manque de pot, même ça c’est du faux, vue que c’est une doublure,fait chié.La palme revenant au trophée qui pendouille autour du cou du héros looser une bite de minotaure.C’est juste pathétique).

    6-Bad Teacher de Jake Kasdan:
    (Jamais subversif comme on pouvait le présager au départ, des dialogues de maternelle,des situation comiques ne créant que le désintérêt et l’ennui.Une bouse que l’on a vite fait de zapper, allez hop au suivant).

    7-Dream Home de Ho-Cheung Pang:
    (De la violence gratuite,qui ne provoque chez moi qu’ennui et désintérêt total.Tout ça pour soit disant traité de la conséquence de la hausse des loyers,une inutilité qu’on comprend vite pourquoi il n’a pas finit en salle de cinéma).

    8-Pater de Alain Cavalier:
    (Le moment le plus désagréable du dernier festival de Cannes, ce fut aux moins aussi pénible que Film Socialisme de Jean-Luc Godard).

    9-Love and Bruises de Lou Ye:
    (Déjà que j’avais détester sa daube Nuits d’ivresse printanière,et là ce fut pareil voir pire.Puisque ce pseudo cinéaste ne sait toujours pas tenir un cadre,les plans s’avère tout plus pénible les uns que les autres. Et ce mec abuse des gros plans foireux a répétition,qui ne souligne aucun point de vue artistique.Le films qui se veut pseudo-intellectuel,et qui te place des scènes de baises a tout bout de champ pour remplir les blancs de son film).

    10-Une Séparation de Asghar Farhadi:
    (Alors là je sais que je vais me faire des ennemis,mais je m’en fou j’assume totalement le fait de m’être fait royalement chié devant cette oeuvre.J’ai entendu la presse dire monts et merveilles sur ce film Iranien,je m’attendais donc a un film d’auteur pertinent,fort en émotion.En bref j’ai attendu tout le long que le scénario décolle, mais ça reste plat du début à la fin.Mieux vaut voir Incendies si l’on veut être surpris,l’oeuvre la plus surestimer de l’année selon moi).

  • Thomas.C Says

    ATTENTES POUR 2012: (pas d’ordre précis)

    -Prometheus de Ridley Scott.
    (De très loin ma plus grosse attente de toute l’année 2012.Car Ridley Scott qui retourne a la SF avec une intrigue a la pseudo Alien,et une B.A qui fait furieusement salivé les fans.Moi j’en peux plus déjà d’attendre sa sortie en salle).

    -Bilbo le hobbit:Un voyage inattendu de Peter Jackson.
    (Parce que comme tout bon fan du Seigneur des Anneaux que je suis et qui se respecte, le retour en terre du milieu s’annonce passionnant, et que j’ai pleinement confiance en Jackson).

    -Cheval De Guerre de Steven Spielberg.
    (Tout ceux qui me connaissent savent mon engouement pour Spielberg, et qu’il est à l’origine de ma passion pour le cinéma, d’où mon enthousiasme certain à la sortie de chacun de ces films tel qu’il soit).

    -J.Edgar de Clint Eastwood.
    (Déjà que j’ai une immense admiration pour le bonhomme qui force le respect de par son immense carrière.Mais en plus son film à l’air d’être le plus passionnant,depuis son dernier chef-d’oeuvre en date l’échange.En espérant de tout coeur enfin la consécration de Dicaprio au oscar avec ce rôle sur mesure).

    -The Dark Knight Rises de Christopher Nolan.
    (Parce que Nolan en seulement 2 Batman a su mettre tout le monde d’accord, et que je doute fort connaissant ces talents de cinéaste, qu’il bâcle l’ultime chapitre de sa trilogie consacrée à la chauve-souris).

    -Django Unchained de Quentin Tarantino.
    (Parce que Tarantino derrière la caméra,parce que casting de dingue,et parce que le cinéaste va enfin rendre hommage en bonne et du forme aux westerns spaghettis.J’espère bien que sa sera le plaisir de coupable de 2012).

    -Cosmopolis de David Cronenberg.
    (Parce que j’apprécie fortement le travail de Cronenberg, parce que je trouve le pitch intéressant et le casting tout autant.Espérons que le film sera à la hauteur).

    -The Flowers of War de Zhang Yimou.
    (J’adore Hero et encore plus Le Secret des Poignards Volants de Zhang Yimou,et son nouveau film à l’air d’être une sacrée belle fresque historique comme je les aime).

    -Stoker de Park Chan-Wook.
    (Parce que Park Chan-Wook demeure mon cinéaste Coréen fétiche,et que j’appréhende tout autant que je m’impatiente de découvrir ce qu’il peut réaliser en dehors de ces terres.Ce film étant son premier tourné aux États-Unis.

  • L’année 2012 a selon moi été marqué par quatre films majeurs,
    – Triangle : une pépite, un chef-d’oeuvre, porté par la mise en scène élégante de Smith et l’interprétation sidérante de Melissa George.
    – Black Swan : Le choc cinématographique de l’année, Nathalie Portman y est immense.
    – Sucker Punch : Vous le savez, pour moi Snyder a tout d’un grand et offre un film poétique et virtuose
    – X-men – Le Commencement : Un retour au source brillant, autant dans sa narration que dans sa réalisation.

    Il y a eu un paquet de bons films qui ne sont pas dans vos classements respectifs (Rabbit Hole, Fighter, Polisse, Harry Potter 7.2, La planète des singes – les origines) et un paquet de navets et/ou déceptions que nous partageons (Les Tuches, La croisière, My soul to take, Colombiana…).

    Parmi mes attentes, il y a :
    Target, Blanche Neige et le chasseur, the darkest Hour, The dark night rises, The amazing Spider Man, J.Edgar, The Impossible et encore plein d’autres qui ne me viennent pas en tête.

    A par ça, bonne année à vous tous ;)

  • Geof Says

    content de voir plusieurs fois Warrior dans le top, à mon avis il le mérite vraiment.

  • Screamy Says

    Des goûts différents et similaires à la fois visiblement. ^^
    J’ai plusieurs films en commun avec vous mais cette année a été riche en bons films si bien que je trouve trop difficile de faire un top 10. Voilà donc les films qui m’ont marqué en 2011 :

    – Black Swan : ma pépite de l’année, mon premier Aronofsky (chut, pas de commentaires :p ) et une grosse claque. Une véritable expérience sensorielle !
    – Triangle : une autre perle que je suis impatient de redécouvrir en Blu-Ray. Melissa George y est impériale et Christopher Smith prouve qu’il est l’un des réalisateurs de films de genre à suivre.
    – Sucker Punch : une claque visuelle et sonore et oui mister Jehros, je trouve que le scénario est sujet à des interprétations intéressantes ! :p
    – Mes Meilleures Amies : la comédie de l’année, juste hilarante.
    – X-Men : Le Commencement : du blockbuster comme on aimerait en voir plus souvent ! L’action et les effets spéciaux sont présents (et bien comme il faut !) mais les personnages et le scénario n’ont pas été laissé sur le banc de touche.
    – We need to talk about Kevin : rarement un drame m’aura paru aussi intense. Transcendé par ses acteurs (Tilda Swinton, plus qu’excellente) et surtout par son final tétanisant, ce film est une véritable réussite !
    – Hanna : de l’action jouissive, des acteurs talentueux (Saoirse Ronan, je t’aime), quelques touches d’humour bien placées… La recette parfaite pour passer un très bon moment.
    – Paul : très bel hommage aux films de SF en plus d’être une comédie façon road movie prenante et rythmée.
    – Rabbit Hole : un drame touchant et intimiste qui prouve encore une fois que Nicole Kidman est une actrice immense.
    – Polisse : la chronique de Maïwenn est d’une sincérité impressionnante. La jeune réalisatrice démontre qu’elle a tout d’une grande avec ce film d’un réalisme cru à la performance d’acteurs renversante.

    Bien évidemment, il y a de nombreux autres films qui méritent une place dans ce classement et qui ont contribué à faire de 2011 une année de cinéma riche et variée.

  • RedRoss Says

    Allez hop, je m’y colle aussi !
    Il n’y en aura pas 10 hein, mais il y a quand même eu de la sacrée tuerie cette année. Et si je jouais le jeu avec un peu plus d’objectivité, je pourrais en rajouter une petite dizaine.

    > Drive : parce que le mec roule, et qu’il y a de la super musique, et que des fois, bah il y a même des explosions de violence. Etant né avec des couilles et un cerveau, il n’y avait aucune chance que je ne prenne pas un pied monumental devant ce film ! De toute façon Gosling aurait pu se couper les ongles des pieds pendant 1h50, Refn m’aurait cueilli.

    > J’ai rencontré le Diable : parce que le film est aussi brillant qu’extrême, et que d’aussi loin que je me souvienne – à un Massacre à la Tronçonneuse près vu un peu trop jeune -, jamais un film ne m’avait mis aussi mal à l’aise. Je désespérais que ça m’arrive à nouveau.

    > Black Swan : parce que peu importe la relative maladresse d’Aronofsky, ce film confirme une fois encore qu’il est un réalisateur doué d’une incroyable sensibilité, et que son cinéma viscéral me bouleverse. Mila Kunis aussi, elle me bouleverse…

    > Fast & Furious 5 : parce que c’est bourré de muscles, d’huile de vidange et d’émotion. Bon ok, peut-être pas d’émotion… Mais ça reste l’un des films d’action les plus bandants que j’ai vu. Le film n’ayant aucune autre ambition, aucune raison de l’exclure de ce top.

    > Mes meilleures amies : parce qu’en plus d’être une comédie qui m’a mis une putain de pêche, je suis tombé amoureux de Kristen Wiig. Ca suffit largement à lui laisser une place ici.

    > True Grit : parce que. Oui, ça fait bientôt un an que je l’ai vu et plusieurs mois que je dois le revoir. Alors juste « parce que ».

    > Somewhere : parce que je ne connais aucun autre cinéaste capable de capter le vide d’une existence comme la fille Coppola, et qu’une fois encore, je me suis laissé perdre dans son spleen.

    Voilà, en attendant de découvrir Hugo Cabret et Shame…

    ————–

    Pour ce qui est des attentes, je les retrouve déjà chez vous. Millenium, Prometheus, Django Unchained, Rock of Ages, J. Edgar, This is 40, Gravity, Cosmopolis…

  • mariane Says

    Sympa ces listes qui vous précisent, et qui aident à se souvenir parce que j’en ai vu des films en 2011, et pas que des neufs, alors je mélange…
    Mais bon, en ne gardant que le top 10 des sorties 2011, pour moi, ce serait…
    Je dis les titres et les arguments, mais je ne numérote pas, les arguments sont trop différents.

    Dans les plus attendrissants et directs au coeur :
    – Pater – originalité, liberté, complicité ( y compris avec les spectateurs ), style, délire, message et belle idée politique, Vincent Lindon meilleur que jamais !!
    – Le Gamin au vélo – fanclub des Dardenne, humanité, fidélité, lumineuse Cécile.
    – Les Neiges du Kilimandjaro – fanclub Guédiguian, humanité, fidélité, messages, lumière, naturel et accent + magnifique souvenir de l’équipe du film rencontrée lors de l’avant-première.
    – Le Havre de Kaurismaki – poésie, humanité, intemporalité, ton et langage des personnages… quand le cinéma croise l’art contemporain…
    – Et maintenant on va où ? de Nadine Labaki (Liban) – meilleure comédie de l’année selon moi, une densité et une palette d’émotions provoquées chez le public digne des meilleures comédies Italiennes de la grande époque, et le genre de film qu’on remercie d’exister quand on en sort, la force de la méditerranée = ses femmes

    Les épatants, même s’ils vont moins au coeur…
    – Une séparation – là, ça va plus aux tripes qu’au coeur, pur chef d’oeuvre, d’autant que j’ai vu les 2 autres films de Farhadi, et qu’il fait de mieux en mieux.
    – Carnage – pour le jeu des acteurs, la mise en scène et surtout les dialogues.
    – La Piel que habito – fanclub d’Almodovar, qui reste le meilleur scénariste du cinéma et même de l’histoire du cinéma selon moi… surtout ne jamais se renseigner sur ses films avant de les voir… et ce que j’aime aussi chez lui, c’est son extrême habileté au niveau de la présentation de ses films. Il sait allécher sans dévoiler. Tant d’autres ne savent pas présenter un film et ça devient de pire en pire !
    – l’Apollonide de Bertrand Bonello – pour l’image, l’ambiance, la présence hyper forte et charnelle des actrices… et parce qu’il y a comme un parfum de Visconti dans la richesse des décors et la décadence, et un arôme de Kéchiche dans la force et la sensation de vrai qui s’en dégagent.
    – The Tree of life – pour l’art de mettre le géant, le mégalo, le total cinéma au service du subtil, du spirituel, du d’habitude si difficile à dire… n’a pas volé sa palme.

  • mariane Says

    Pour les attentes, c’est bien, vous nous alléchez, parce que je ne savais pas ce qui s’annonçait… alors oui, moi aussi, j’attends :
    – Titanic 3D, pourtant, la 3D ne m’a pas encore du tout conquise, je dirais même que je l’évite ( sauf pour la Grotte d’Herzog et Pina ), mais là, primo ça sera du super bien fait par un perfectionniste ++, et puis si y a bien un sujet qui s’y prête…
    – Le Django, pourtant, Tarantino et sa violence, pas dans mes goûts, mais s’il va sur le terrain western spaghetti, les spaghetti, j’aime.
    – Le Kechiche, parce que j’irai voir tous ses films, et qu’en plus ce titre est magnifique !
    – Bilbo le Hobbit pour les même raisons que Matthieu
    et puis se laisser surprendre, attendre les ours, souvent bien choisis, et peut-être encore mieux quand c’est Mike Leigh le président de la Berlinale.

Laisser un commentaire

Lire plus :
Calmos
Calmos

4aad7d11028e7716319bd001f0677064_w1600
Annecy 2016 : Le bilan

Shield of straw_0
Shield of straw

Fermer